C’est un concept dont je parle souvent, « oser ».

Personnellement, quand j’ose, quand je fais quelque chose de nouveau, je me sens VI-VANTE ! Comme hier soir et aujourd’hui on va fêter les morts avec Halloween, alors moi je vais aller à contre-courant avec cet article, et célébrer la vie en vous parlant de ce qu’est « oser » pour moi !

C’est quoi « oser » ? Pourquoi c’est important d’oser ? Ce que cela me permet ? Ce que cela m’apporte ?

Oser, si l’on prend la définition du dictionnaire, c’est « avoir le courage de faire quelque chose ». J’aurais envie de rajouter que c’est « avoir le courage de faire quelque chose pour la première fois. »

Pourquoi oser et aimer faire de nouvelles choses ?

Ne pas subir la routine du quotidien

Personnellement je crois que j’ose avant tout faire de nouvelles choses, pour ne pas subir la routine du quotidien et de mon handicap.

Avec lui, je reste chez moi tous les jours ou presque. Je ne me serais pas vue rester tout le temps à ne rien faire, ni même rester devant la télé ou l’ordinateur toute la journée ! Non, moi j’ai besoin de me sentir vivante, et cela passe avant toute autre chose, par le fait d’être utile !

Je n’aime pas la routine, elle m’est réellement pesante ! Alors pour ne pas la subir, puisqu’elle est mortelle disait Paulo Coelho, j’ai mis en place certaines petites choses comme un planning hebdomadaire par exemple, que je remplis au fil de mes envies et besoins. Chaque semaine est différente, et comme cela je ne m’ennuie jamais. 

Mais la plus grande décision que j’ai prise et qui m’évite assurément la routine, c’est le fait de m’être lancée en tant qu’entrepreneure. C’était il y a trois ans et demi à peine. 

Entreprendre sans oser, c’est possible ça ?

Quand tu veux entreprendre, mais que tu ne veux pas oser, il y a un problème. Et d’ailleurs, je suis tombée dans ce piège à mes débuts, de rechercher la facilité dans l’entrepreneuriat ! Je m’étais dit que mes formations de remise à niveau en ligne, aussi géniales soient-elles, se vendraient sans effort. En fait non ! Il a fallu que je me montre, que j’OSE me montrer. Que j’OSE parler de qui j’étais, des difficultés que je vivais dans ce projet d’entreprise (notamment), pour que de premières personnes aient envie de me solliciter pour travailler avec moi.

Tester ses limites et se prouver qu’on est capable de les dépasser

J’ai aussi cette tendance à oser, parce que cela me permet de me prouver que je suis capable d’aller au-delà des limites de la maladie, voire des limites que les gens voudraient qu’elle m’impose…

Pour ne citer qu’un exemple où j’ai vraiment dépassé mes limites (et mes peurs), fin 2017 j’ai ressenti le besoin de partir deux mois au Québec. J’avais besoin de prendre l’air et de faire le point sur ma relation sentimentale de l’époque. J’avais prévu ce voyage au retour des beaux jours, en mai et juin 2018. Je me souviens des membres de ma famille, peu de temps avant mon départ, lors de l’anniversaire de ma mère : « Mais tu n’as pas peur de partir toute seule ?! » 

Ben non, je n’avais pas peur ! Et je répondais même à chaque fois : « Mais à quoi ça sert d’avoir peur maintenant ? Je verrai ça sur place ! »

En fait, pour tout vous dire, la seule peur que j’avais vraiment, c’était de rencontrer un ours au fil d’une balade dans la nature ! J’avais peur de ne pas réussir à me protéger contre lui. Alors j’avais été sur le net voir ce que je pouvais faire – car tout problème a une solution – et j’avais trouvé qu’il fallait que j’achète une bombe au poivre. Je suis aussi allergique au poivre, je ne sais pas qui aurait le plus souffert s’il m’avait fallu l’utiliser !

En arrivant au Québec chez Caroline, la première amie qui m’a accueillie en attendant le début de la location du camping-car, celle-ci m’avait rassurée. Habituée à aller dans la forêt, en presque quarante ans elle n’avait jamais croisé d’ours ! Je n’ai pas acheté de bombe, ni de clochette et je n’ai pas rencontré d’ours. Faut dire que je n’aurais pas non plus pris de risque insensé.

Oser partir seule, aussi loin, avec mon handicap, avait aussi beaucoup interpellé les personnes que je rencontrais : « Mais vous êtes toute seule ?! » s’exclamaient-elles. Vu le nombre de fois où la question m’a été posée, je me suis dit que j’avais trouvé le titre du livre que j’écrirais un jour à propos de ce voyage…

Oser me permet de tester mes limites, de voir de quoi je suis réellement capable. J’ai beaucoup appris sur moi en osant. Je me suis redécouverte, notamment à travers ce voyage. A travers ces voyages ai-je même envie de dire. L’entrepreneuriat en est un autre.

Oser, pour répondre à ses envies ou ses besoins.

Hier soir, j’ai osé à nouveau, mais cette fois-ci, c’était pour répondre à une envie personnelle. Je voulais procéder différemment dans mon activité professionnelle, en proposant un premier atelier d’écriture en groupe, autour du récit de vie ou autobiographie.

Jusqu’à maintenant, j’accompagnais les personnes uniquement sous la forme d’entretiens individuels, hebdomadaires ou plus ponctuellement selon les besoins.

J’ai eu l’envie de retrouver la dynamique du groupe que j’appréciais beaucoup quand j’étais formatrice en remise à niveau.

Le groupe, j’aime vraiment ça pour la richesse des échanges qui s’y passent : entre les participants d’abord, mais aussi entre eux et moi.

J’aime le groupe également pour les liens qui se créent le temps de quelques heures, ou plus si affinités.

J’aime quand les histoires que partagent chacun servent aussi à d’autres, pour les encourager. C’est d’ailleurs la thématique que j’ai choisie pour ce premier atelier d’écriture : écrire sur ce qu’on aimerait laisser / dire à l’autre en héritage.

Dans le groupe, j’aime rendre possible à chacun de se sentir bien (sinon mieux) le temps de l’atelier. Se sentir mieux avec soi-même et avec les autres, à travers l’expression sur une même thématique.

Quand j’anime un groupe, j’aime les moments où je remarque que les personnes sont attentives, lorsque je m’adresse à elles pour leur transmettre quelque chose. J’aime quand elles semblent captivées par ce que je dis, quand je m’aperçois que mes propos font écho en elles.

Je me sens utile par ce que je leur apporte de nouveau, de dépaysant, et par ce que je leur montre de moi : ma joie, mon humour, mon recul sur la vie, ma faculté de relativisation, mon expérience personnelle.

En retour, ils sont également utiles à mon bien-être personnel ! Parce qu’ils m’apportent leur attention, leur attentivité, la richesse de leurs expériences personnelles aussi… Bref, c’est de tout cela dont j’aime me nourrir.

Dans mes groupes, je reste toujours attentive à ce que nous soyons dans un véritable cercle vertueux, où tout le monde peut trouver et prendre sa place.

Mon premier atelier d’hier soir s’est bien passé, j’ai vraiment adoré ! J’y ai vraiment retrouvé tout ce que j’écrivais à l’instant en termes de qualité d’échanges.

Oser, pour grandir

Si je n’avais pas osé, il ne se serait rien passé.

J’ai osé me lancer alors que je ne l’avais jamais fait.

J’ai osé en parler autour de moi et sur les réseaux, j’ai osé dire que c’était mon premier.

J’ai osé proposer un atelier qui me ressemble.

J’ai osé demander l’accord pour que cet atelier se déroule là, à côté de chez moi, dans la cuisine de ce petit bar associatif fort sympathique.

Oser vous ouvre toujours d’autres portes pour que vous puissiez avancer sur votre chemin.

Maintenant que j’ai osé me lancer, que je l’ai fait, j’ai encore plus envie de continuer sur ma lancée et de proposer cet atelier de manière récurrente. J’ai plein d’idées de thématiques et de modes d’expression ! Je sens que je vais adorer réfléchir et créer de nouveaux contenus !

« Je pense donc je suis » disait Descartes. Et bien Ludivine vous dit, elle : « J’ose, donc je suis ! » et même : « J’ose, donc je suis VIVANTE ! »

 

Et vous, qu’allez-vous oser prochainement ou dès maintenant ? Un autre conseil, n’attendez-pas.

1 Commentaire

  1. Volta

    bravo pour cette nouvelle initiative ! un atelier du rire, c’est pas mal non plus… le mix des deux n’est pas incompatible, n’est-ce pas ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Ludivine Lesénéchal

Ludivine Lesénéchal

Oser

Je suis “3 en 1” ! Coach en écriture, correctrice et formatrice d’adultes.

A travers mon accompagnement, mes corrections ou mes formations en ligne, vos projets d’évolution personnelle et professionnelle se concrétisent.

Vous avez besoin/envie d’écrire ou de vous remettre à niveau, n’hésitez pas à naviguer pour trouver l’offre qui vous correspond.

Ebook offert !

Avec ce PDF, vous accédez à mes 10 astuces pratiques
pour écrire les mots justes et ne plus hésiter
sur ces erreurs-types commises quasi-systématiquement à l’écrit.

%d blogueurs aiment cette page :